Trouble d’anxiété généralisée : Quand l’anxiété devient envahissante

anxiete.jpg

Par Véronique Palardy, doctorante en psychologie sous supervision à la Clinique Laval

Qu’est-ce que l’anxiété?

Tout le monde éprouve de l’anxiété à certains moments. L’anxiété est une réaction d’alarme qui mobilise les fonctions de survie. C’est une émotion normale qui vise à préparer l’organisme à faire face à un danger réel ou éventuel. L’anxiété peut être accompagnée de symptômes physiques tels une accélération du rythme cardiaque, des transpirations et des tremblements.

Bien qu’elle soit souvent adaptative, l’anxiété peut devenir problématique lorsqu’elle cause une détresse significative ou qu’elle affecte le fonctionnement de l’individu. Lorsque l’anxiété atteint ce niveau, il s’agit parfois d’un trouble anxieux. Il existe plusieurs types de troubles anxieux, qui sont différenciés par la source de l’anxiété. Par exemple, une phobie spécifique est caractérisée par une peur exagérée envers un objet ou une situation spécifique (par exemple la phobie des araignées) et qui peut conduire à l’évitement de l’objet phobique (APA, 2013).

Qu’est-ce que l’anxiété généralisée?

Dans le cas du trouble d’anxiété généralisée (TAG), l’anxiété est engendrée par des inquiétudes en lien avec divers aspects du quotidien. La personne qui présente un TAG s’inquiète pour les sujets habituels du quotidien (par exemple le travail, les finances et la santé), mais ce sont l’intensité et la fréquence des inquiétudes qui en font un problème. Ainsi, les inquiétudes présentes dans le TAG sont fréquentes (présentes au moins un jour sur deux), excessives (elles sont disproportionnées par rapport à la situation réelle) et difficiles à contrôler (il est difficile d’arrêter d’y penser). Également, la personne qui présente un TAG ressent, la plupart du temps, au moins trois des symptômes physiques suivants: de l’agitation ou la sensation d’être survolté, des difficultés de concentration, de l’irritabilité, des tensions musculaires, de la fatigabilité et des difficultés de sommeil. Finalement, l’ensemble des symptômes décrits ci-haut est présent durant au moins six mois (APA, 2013).

Comment comprendre l’anxiété généralisée?

Qu’est-ce qui explique le développement d’un TAG? Malheureusement, les connaissances actuelles sur le TAG ne nous permettent pas d’établir une réponse claire et unique à cette question. Il est probable qu’un ensemble de facteurs génétiques, psychologiques et environnementaux puissent contribuer au développement de cette problématique. Toutefois, les recherches récentes ont permis d’identifier certains mécanismes qui pourraient contribuer au maintien de cette problématique. Deux de ces mécanismes seront brièvement décrits ci-dessous, soient l’intolérance à l’incertitude et la résolution de problèmes inefficace (Ladouceur, Bélanger et Léger, 2003).

Les personnes vivant avec un TAG semblent présenter des difficultés à supporter l’incertitude associée à diverses situations du quotidien. L’intolérance à l’incertitude est définie par une tendance exagérée à trouver inacceptable la possibilité qu’un événement négatif puisse survenir. Ainsi, une personne qui présente de l’intolérance à l’incertitude sera plus inquiète face à une situation incertaine ou indéterminée en comparaison à une personne qui tolère mieux la part d’incertitude que peut comporter certaines situations quotidiennes. De plus, la personne intolérante à l’incertitude peut avoir tendance à surestimer le risque et les conséquences négatives qui peuvent survenir lors d’une situation incertaine, ce qui peut renforcer et maintenir ses inquiétudes.

Un second mécanisme qui peut permettre de comprendre le maintien du TAG est la résolution de problèmes inefficace. En effet, les personnes qui ont un TAG ont souvent des perceptions négatives à l’égard des problèmes. Ainsi, elles perçoivent généralement les problèmes comme des menaces ou des dangers à éviter, plutôt que comme des défis à surmonter. Ces perceptions négatives peuvent conduire à des stratégies de fuite ou d’évitement ainsi qu’à des comportements inefficaces à l’égard des problèmes. Ainsi, cette résolution inefficace des problèmes peut contribuer à maintenir les problèmes ainsi que les perceptions négatives à leur égard, ce qui peut ainsi maintenir les inquiétudes. Bien entendu, une résolution de problème est pertinente à appliquer seulement lorsqu’un problème est réel ou actuel. Pour ce faire, il importe donc de discerner les inquiétudes associées à des problèmes réels ou actuels de celles associées à des problèmes éventuels ou anticipés.

Quoi faire?

Si vous reconnaissez les symptômes du TAG, il est important de consulter un professionnel de la santé comme un psychologue ou un médecin. Il existe plusieurs façons de traiter ou diminuer les symptômes du TAG, notamment par la psychothérapie. Plusieurs types de psychothérapies, notamment la thérapie cognitive-comportementale, sont efficaces pour cibler les symptômes du TAG. De plus, parallèlement à la psychothérapie, certains ouvrages disponibles au grand public peuvent aider à mieux comprendre le TAG et à développer des stratégies pour mieux gérer l’anxiété et les inquiétudes, par exemple le livre Arrêtez de vous faire du souci pour tout et pour rien (Ladouceur, Bélanger et Léger, 2003).

 


Références

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders DSM-5 (5e éd.). Arlington, VA : American Psychiatric Publishing.

Ladouceur, R., Bélanger, L., & Léger, É. (2003). Arrêtez de vous faire du souci pour tout et pour rien. Odile Jacob.

Publicités